Fasting and Furious image
What the F..ood!

7, décembre, 2017

Fasting and Furious

Vous avez surement dû entendre parler de la fameuse méthode “fasting”. Peut-être avez vous des personnes de votre entourage qui la pratique, ou bien  juste lu quelques bribes de phrases sur le sujet ? Il est parfois difficile de s’y retrouver entre tous les régimes, diètes et autres méthodes pour perdre du poids ou du moins, se sentir bien et en bonne santé. De la façon la plus simple qui soit, je vais essayer de vous expliquer en quoi consiste cette méthode et surtout de quelle façon (nuancée) je la pratique.

En quelques mots

Pratiquer le fasting c’est tout simplement pratiquer le jeûne intermittent. Cela consiste donc à alterner des phases longues durant laquelle on me mange pas (environ 16h) et des phases plus courtes durant lesquelles ont se nourrit (environ 8h). Certaines méthodes sont encore plus hard-core en augmentant encore plus la phase de jeûne (20h).

Mais c’est bien de la méthode 16h/8h dont je vais vous parler.

Quand mange-t-on ?

L’idée est de mettre son organisme au repos à partir de la fin du dernier repas de la journée (21h/22h) jusqu’au lendemain en début d’après-midi (13h/14h). Pendant cette phase, vous devez seulement vous hydrater (eau) sans oublier votre thé ou café du matin si c’est nécessaire pour bien démarrer votre journée. Évidemment, oubliez les boissons sucrées, les jus (mêmes frais) et les sodas lights. De l’eau, c’est tout, et en grande quantité.

Combien de repas ?

A vous de voir. Vous pouvez tout à fait faire deux repas et une collation entre deux. Le 1er lors du cassage du jeune à 14h, la collation vers 17h et le dernier repas à 20h. Certains préféreront même garder qu’un seul gros repas.

Les effets bénéfiques pour la santé

A l’instar d’une diète très restrictive qui se solde souvent par un échec (reprise de poids, perte d’eau et de muscle, fatigue..) le jeûne intermittent va permettre au foie et au système digestif de se reposer et améliorer le profil hormonal. L’idée, est que l’insuline (l’hormone de stockage) reste basse toute la journée ce qui permet de rester dans un état “cassage de graisse” plus longtemps. Même s’il y a une phase d’adaptation, vous ne ressentirez pas de “coup de barre* et même plutôt une forme physique et mentale amplifiée. Logique ! Votre système est au repos durant les deux tiers de la journée donc il ne demande pas autant d'énergie que d'habitude pour fonctionner (je pense à la digestion entre autres). 

C’est pas la fête non plus

Alors par contre je vous vois venir ! C’est pas parce que vous réduisez la fenêtre de consommation d'aliments que vous pouvez tout vous autoriser ! Qu’on se le dise, si vous consommez habituellement 2500 calories sur la journée entre 7h et 21h (par exemple) et que vous continuez à consommer ce même nombre de calories sur la fenêtre de 8h, vous ne verrez aucun changement notoire. Le but est de “sauter” un repas qui n’est finalement pas si nécessaire et donc de ne plus consommer ces calories perdues.

Aussi, même si le fasting vous permet de lâcher un peu de lest quand à votre source de calories, je vous conseille de mettre toutes les chances de votre côté en mettant la priorité sur les fruits, les légumes, les protéines et les bonnes graisses. Trop de sucres et de féculents vont pousser le corps à produire de l’insuline et vous maintenir dans un état de stockage permanent. On le dira jamais assez, doucement avec le sucre et vive les bonnes graisses !

Les mauvais côtés du fasting (selon moi)

La vie en société et la famille. Clairement. Ce sera difficile pour certain d'éradiquer le petit déjeuner en amoureux ou avec ses enfants, de refuser un business lunch car vous ne devez pas manger avant 14h, de zapper les pan-cakes de maman le week-end.. Par contre le bon côté de la chose c’est que vous ne refuserez plus jamais un repas avec les potes en semaine pour cause de diète drastique, he he ! 

Le fasting..et moi !

En fait, je suis cette méthode mais pas complètement à la lettre, car je m'écoute. Cela va dépendre des jours en fait. Par exemple, je jeûne la plupart du temps le dimanche soir car  c’est souvent le week-end que je m’autorise quelques excès. Il est donc difficile pour moi  de jeûner jusqu’au lendemain 14h. En fait c’est une question de bon sens: si j’estime avoir mangé de façon plus riche un soir, je vais naturellement ne pas ressentir le besoin de manger le lendemain matin. Aussi, lorsque je mange très léger le soir, je vais souvent ressentir le besoin de prendre une collation le lendemain matin.

Si j’avais un seul conseil à vous donner quand à ce type de diète, c’est de prendre du recul et de vous poser LA bonne question: “est-ce que j’ai faim” ?

Le problème aujourd’hui, c’est que nous sommes conditionnés dans notre société par des habitudes et des idées reçues.

Par exemple:

  • “Sauter un repas fait grossir”: Faux. Mal manger et/ou en trop grande quantité (plus que le nombre de calories que vous dépensez ) fait grossir. En fait, tout dépend de la consommation d'énergie que vous aurez durant votre journée et du nombre de calories que vous allez ingérer en retour. Si ce dernier est supérieur, vous maigrissez, s’il est égal, rien ne change, s’il est inférieur, vous grossissez.

  • “Si on mange trop le soir, on stocke plus”: En voilà une idée reçue bien ancrée dans nos têtes. Et bien encore une fois, si vous avez réparti vos repas sur la fenêtre de 8h et respecté le jeûne de 16h, vous devez forcément manger le soir ! Encore une fois, c’est la qualité nutritionnelle de vos aliments qui prime.

  • “C’est pas bien de sauter le petit déjeuner”: Pourquoi ? Si vous avez bien mangé la veille au soir, vous n’avez pas forcément besoin de refaire “le plein”. Pour ma part, je suis pleine d'énergie quand je suis à jeun le matin jusqu’à mes cours de midi. J’ai le sentiment d’être plus alerte, réveillée et concentrée.

Pour conclure

Je pense que “le fasting” est une bonne méthode pour apprendre à s’écouter car je suis formellement contre le fait de manger uniquement “parce que c’est l’heure”. Toutefois, je pense que suivre cette méthode à la lettre peut s'avérer assez contraignant et c’est pour ça que je l’adapte à ma façon (cinq jours sur sept) et en fonction de ma journée type (sport et dépense énergétique).

Rappelez vous toujours que nous avons tous des besoins différents, des profils plus au moins “brûleurs” et surtouts des activités qui font que certaines personnes auront plus ou moins besoin d’apports énergétiques.

Commentaires

0 commentaires